AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  







Partagez|

"Le monde est une foire" [PV Karp Diem]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Cage
Membre
avatar

Membre

Messages : 23
Pixels : 26450
Hobbies : Ecrire, lire, philosopher et boire de l'earl grey. Comment ça pas crédible ?
Localisation : • Vous êtes ici.
Humeur : apathiquement plaintive.

PERSONNAGE
Classe: Mage
Statut: //
Inventaire:

MessageSujet: "Le monde est une foire" [PV Karp Diem] Sam 10 Sep 2011 - 15:09



Comme tout lieu de commerce digne d’un univers médiéval, la rue marchande de Tara était une véritable foire, tourbillon incessant de couleurs et de sons, où chaque seconde était différente de la précédente, et se distinguait de sa suivante.

Et c’était, là, les sonores saluts des hommes qui entraient dans les tavernes, ici les tintements discret mais parfaitement perceptible des pièces d’ors, encore plus loin l’assourdissant conciliabule de bêtes en cages, les miroitements de lumières dans la précieuse camelote des marchands, les rires cristallins d’un groupe d’amies s’attardant devant un étalage de chapeaux, la palette extravagante de milliers d’étoffes différentes, les odeurs exotiques d’épices variées…

Il s’y passait sans le moindre doute autant de choses relatives au commerce que de choses qui s’en éloignaient, et parmi cette foule de couleurs, de sons et d’odeurs déambulait une haute silhouette vêtue de noir, qui, bien loin de faire tache, se fondait à la perfection, comme une discrète touche de peinture, dans ce tableau hétéroclite.

Cage, artiste qu’il était, n’avait pour préoccupation ni d’acheter ni de vendre, et s’était retrouvé tôt le matin au beau milieu de cette foule pressée, sans trop savoir comment il y était arrivé. Depuis il se laissait porter par le courant humain qui s’organisait dans ce lit de rivière qu’était la rue marchande.
Il n’avait rien d’autre à faire, ou c’était au moins là ce qu’il croyait, que de s’intéresser aux clients qui s’indignaient à hauts cris du prix des denrées, et des camelots qui s’entre-apostrophaient plus haut encore pour faire confirmer par leur voisin le prix on ne peut plus raisonnable de leur marchandises.
L’activité intense de la rue rendait d’ailleurs l’atmosphère lourde et empreinte d’une chaleur moite très désagréable.

Que Cage fût fasciné par la vie et les infinies variations d’une rue marchande bondée n’avait rien d’étonnant pour qui le connaissait un tant soit peu, toutefois l’étouffement de la rue lui semblait un peu trop insupportable, et c’est sans doute là ce qui le décida à s’extirper au mouvement de la masse pour aller se réfugier dans une rue adjacente légèrement plus petite, et, en conséquence, légèrement moins encombrée. Au moins dans cette rue là, pouvait-on entendre distinctement lorsque quelqu’un s’adressait à vous.

Cage jeta un œil derrière lui pour voir encore le flot sonore aux couleurs bousculées qu’il venait de quitter, lorsqu’ au coin de son œil un reflet irisé attira son attention. Ça n’était rien d’ailleurs, un étalage de médiocres merveilles que le commerçant vantait à grand recours de gestes plus ou moins évocateurs, tentant de les faire passer pour de rares minéraux. A vrai dire, rien qui n’ai de réel intérêt, mais Cage eu tôt fait de trouver dans cet amas de tessons de bouteilles et de prisme en verre le seul objet digne d’intérêt, ou dans une moindre mesure digne de son intérêt.

Ça n’était guère en effet qu’un cube de bois peint de noir. D’ailleurs était-il seulement à vendre ? Ce sobre cube, brebis galeuse au beau milieu d’un stock d’objets tous plus tape à l’œil et colorés les uns que les autre.

Cage, en bon philosophe, aimait à trouver des questions là où il n’y en avait pas, et le sort de ce pauvre petit cube le fascinait totalement, donnant naissance à une foule d’interrogations. Après tout, que faisait-il là, ce pauvre morceau de bois ? Avait-il déjà attiré l’attention de quelqu’un avant Cage ? Probablement que non. Comme ces milliers de sons que l’on n’entend pas pour y être trop habitué, et qui pourtant forment des musiques souvent plus intrigantes encore que les sons auquel on accorde de l’intérêt .
Non, vraiment, ce cube ne possédait pas le moindre intérêt, et c’était sans doute cela qui poussait Cage à le regarder toujours plus attentivement. C’était tout l’intérêt de l’objet à ses yeux.

Alors qu’est ce qui poussât le marchand à lui en demander un prix aussi exorbitant ? Peut-être ses yeux justement. Car, Cage, quoiqu’on puisse en dire, n’était pas dupe au point d’admettre qu’un bout de bois coutât près de 300 pièces d’or, peu importe les efforts que le camelot pouvait déployer pour tenter de le convaincre que « oui, je vous assure, ça n’est pas un simple cube. Ça non ! C’est une boite voyez vous ! Mais personne ne l’a jamais ouverte. Toujours est-il qu’elle contient un pouvoir incroyable. Vous pouvez devenir plus puissant que tous les joueurs avec ceci… si vous trouvez comment l’ouvrir… ».

Oui, sans doute étaient-ce les paupières lourdes et le regard vague de Cage qui avait fait penser a l’homme qu’il pouvait ainsi rouler ce client dans la farine. Dans le fond, cela importait peu, car si Cage doutait qu’il eut sous les yeux une boite merveilleuse, et qu’il sût très bien qu’un tel objet ne vaudrait jamais autant (à moins d’être considéré comme œuvre d’art) il n’était ni du genre à contredire les autres, ni du genre à réfréner ses envies. Et de plus, il admirait avec beaucoup d’intérêt les savantes mais lourdes formulation du marchand, et sa détermination à tenter l’impossible. C’était fascinant, ce genre de caractère.



Tu vois, pauvre génie de pacotille, ce ne sont pas tes arpèges qui te sauveront la vie. Si tu te munissais de seulement un peu plus de volonté et d’ambition que tes seules caisses sonnantes, tu pourrais presque aller loin. Tu es bien médiocre tu sais ? Pour porter si vite la main à ta bourse lorsque tu te sais victime. Eviter une altercation ? C’est tout à ton honneur, mais si seulement tu savais comme tu es risible, à compter ainsi tes pièces sous l’œil brillant du charognard, qui ne dit rien mais n’en pense pas moins.


Mais c’était sans compter les personnes attentives.
Revenir en haut Aller en bas
Karp Diem
Membre
avatar

Membre

Âge : 30
Messages : 33
Pixels : 26505
Avatar : Pip Bernadotte de Hellsing
Hobbies : Manga, dessin, cerf-volant, Dolls Asiatique, et j'en passe...
Localisation : Lille !
Humeur : Testez toujours ? *roule*

PERSONNAGE
Classe: Gunslinger
Statut: //
Inventaire:

MessageSujet: Re: "Le monde est une foire" [PV Karp Diem] Sam 10 Sep 2011 - 17:39

La nuit avait été plutôt courte pour le Game Master qui avait souhaitait rejoindre Tara au plus tôt. Encore légèrement dans le brouillard, il avait donc reprit la route avant même que le soleil ne pointe le bout de son nez, afin de pouvoir manger à une heure convenable, puisqu'il était tout de même assez loin de Tara et n'avait pas spécialement envie d'utiliser le téléporteur. Pas qu'il en soit allergique, au ça non, mais plutôt qu'il préférait utiliser ses pattes, afin de pouvoir voir si tout ce passait bien sûr ces plaines qu'il traversait. Mais bon. D'un autre côté, à une heure aussi matinal, il était plutôt rare que de trouver des gentils petits joueurs qui venaient taper du monstre pour gagner en force. D'ailleurs, c'était bien parce qu'il n'avait croisé aucune âme qui vivent -à l'exception près de quelques monstres qu'il avait vu fureté dans le coin- qu'il avait fini par retrouver sa bonne humeur.
Ces pas le menèrent rapidement en haut d'une bute, alors que le soleil commençait à s'extirper de l'horizon, offrant un magnifique spectacle matinal, que le Russe put contempler avec mélancolie... Milena aimait ce genre de spectacle... Lena aussi... Son regard se perdit un instant dans les méandres de son esprit, alors que sa main venait attraper les trois plaques militaires qui pendaient à son cou... Est-ce qu'il allait seulement les revoir un jour ?... Est-ce qu'il allait pouvoir mieux s'en tirer que son pauvre frère ?...
Ce fut seulement lorsqu'il se senti épié qu'il finit par redescendre sur « terre », pour commencer à scruter les alentours... Rien... Ou presque. Un peu plus loin, un Poring l'observait... Ha... Alors la ville ne devait plus être très loin ? Quand il releva légèrement la tête, il put la voir, au loin, l'ombre de cette gigantesque ville qui servait de lieu de rassemblement pour les nouveaux et les faibles niveaux. Grande et magnifique Tara... Il allait donc pouvoir être à l'heure, même un choya en avance sur l'horaire du midi. Alors autant en profiter pour aller vendre la camelot qu'il avait accumulé... Bon sang, il devrait peut-être penser à arrêter de ramasser tout ce qu'il pouvait trouver. Bon certes, ce genre de geste lui avait toujours sauvé la mise autrefois, puisque même si c'était de la babiole, ça finissait par lui rapporter, aujourd'hui ce n'était plus vraiment le même truc. Il était payé. Il gagnait bien sa vie. Même mieux que la moyenne... Mais bon. Chassez le naturel et il revient toujours au galop. Et oui oui, il faisait la même chose dans le monde réel, ne se privant pas de ramasser des petites choses à partir du moment que cela pouvait se revendre.
Bref. Après cette petite parenthèse, il finit par se remettre en route, bien décidé de rentrer dans la ville pour aller se ressourcer.

La route fut encore longue, mais notre trentenaire finit par arriver à destination avant même que l'on sonne les douze coups de midi. Le soleil n'était pas encore à son zénith -remercions cette fin d'été- et le monde grouillait de plus belle au milieu de toute ces rues. Karp Diem réajusta chapeau et cache oeil, avant de remettre convenablement cette écharpe qui pendait sur ses épaules, ainsi que sa veste -il faisait trop chaud à son goût pour porter une veste- rangea son arme principale dans l'inventaire -il avait toujours la petite à la ceinture au cas où- puis ce remit en route, traversant non sans mal les rues principales pour se rendre dans l'avenue marchande. Ho bon sang, que c'était rempli !... Le rouquin observa un instant toute cette vie qui fourmillait dans un espace aussi petit pour tant d'âme, avant d'envisager un itinéraire... Il ferma un instant les yeux, tentant de se visualiser mentalement les lieux, histoire de retrouver le chemin le plus rapide pour se rendre chez ce petit NPC qu'il allait voir pour revendre sa marchandise à chaque fois qu'il mettait les pieds à Tara... Gauche... ouai voilà, il devait passer par la gauche, puis tourner dans la troisième ruelle à droite, où devait se trouver ce petit personnage. Enfin, s'il ne c'était pas trompé. Avec tout ce monde, c'était plutôt difficile de se repérer. Allez go Vikenti ! On se lance. Il se motiva à voix basse et se lança dans le tas.
La chaleur était montée d'un cran dans un endroit aussi fréquenté, le mettant un peu plus mal à l'aise qu'à l'habitude. Sans faire une seule fois attention à ce qui pouvait se dire autour de lui, il glissa rapidement jusqu'à la rue qu'il s'était fixé et finit par se dégager de toute cette population lorsqu'il finit par entrer dans cette ruelle plus que déserte comparé à l'avenue. Haaa ! Enfin ! De l'air ! Il marcha un instant à reculons, observant cette rivière de vie qu'il venait de quitter et se retourna, stoppant immédiatement son avancé... Cette ruelle... Karp plissa doucement les yeux, essayant de réfléchir rapidement, puis, se rendit compte qu'il s'était gouré de rue. Ce n'était pas encore celle-là, mais bien celle d'après. Zut. Il allait donc devoir retourner dans ce flot de pixel, étant donné que la ruelle qu'il cherchait était un cul de sac. Impossible de passer par derrière, en soit. Il soupira en silence, puis commença à faire un demi-tour avant de capter une conversation... Heuu ?

Est-ce qu'il avait bien entendu ? Une boite ? Une boite qui contenait un pouvoir incroyable ? Plus puissant que tous les joueurs ?... Heuuu.... C'était une blague ?... Vikenti retira son cache oeil et finit par se retourner de façon à mieux voir cet arnaqueur et le « pigeon »... Ba oui, pigeon... ça vous choque ?... Karp n'ayant aucun moyen de lire dans les pensées, voyait ce petit gars comme tel pour le moment. Un petit niveau ?... Mouarf, qu'importe. Il se devait de réagir tout de même. Une telle arnaque sous ses yeux, ne pouvaient pas être accomplie ! Notre Russe soupira bruyamment cette fois et s'approcha sans chercher à être discret du stand de broutilles, du vendeur et du futur acheteur... Une fois à niveau, il finit par se racler la gorge...

- Hé, tu n'as pas l'impression d'être ridicule ?

Son regard vert fixait à présent le marchant, qu'il venait d'interpeler d'une voix calme et légèrement ironique...

- Sérieusement, j'aimerais bien savoir où est-ce que tu as été cherché une absurdité pareille. D'ailleurs, j'ai deux arguments à te présenter pour ça. La première, c'est que si cette chose pouvait exister, cela ferait bien longtemps que la rumeur circulerait chez les joueurs sans parler du fait que j'en aurais été informé. La deuxième étant que devant la période que l'on traverse, j'ai comme la douteuse impression que les hackers se seraient jetés dessus depuis longtemps. N'ai-je pas raison ?

De quoi ? Comment ça il n'a pas était poli ?... Mais on s'en fout ! Enfin, je veux dire, il n'avait pas spécialement envie de venir voir un petit arnaqueur avec un grand sourire, de le saluer d'abord et d'ensuite lui demander gentiment de revenir sur le prix. Il ne fallait pas oublier que même s'il était de bonne humeur, il n'avait pas eu son café... Ha ! Ni sa cigarette de la journée, vu que son paquet était vide depuis hier soir... -comment ça je l'avais pas signalé ?... Baaa maintenant vous êtes au courant.
Enfin, dans tous les cas, le marchand parut plutôt gêné devant la remarque de ce roux qui s'était incrusté dans leur conversation. Il fit d'ailleurs une dernière tentative pour ce faire un peu d'oseille quand même, proposant un cent pièces d'or, mais Karp ne lâcha pas la grappe... « Une seule pièce d'or, ou alors rien. » Rien aurait surement était la bonne valeur pour ce pauvre objet sans intérêt apparent, mais il ne fallait pas oublier qu'il s'agissait d'un marchant. Ce n'était pas comme-ci ils avaient à faire avec quelqu'un qui passait par là, par pur hasard... Enfin... Si ?... Bon. Ça, ce n'était pas les affaires du Game Master de toute manière.

Après c'est à ce jeune homme de décider s'il te l'achète ou pas.- Il finit par tourner le regard vers ce garçon d'ailleurs, offrant un sourire amical- D'ailleurs, veuillez me pardonner de vous avoir dérangé dans vos achats. Mais je n'aime pas particulièrement qu'on se joue des gens comme ça... Surtout sous mon nez.

Ba oui. Ce pauvre « pigeon » ne lui avait rien fait après tout, alors ce n'était pas la peine d'être malpoli avec lui. Enfin, le marchant non plus vous allez me dire, mais soyez compréhensif...
Revenir en haut Aller en bas
Cage
Membre
avatar

Membre

Messages : 23
Pixels : 26450
Hobbies : Ecrire, lire, philosopher et boire de l'earl grey. Comment ça pas crédible ?
Localisation : • Vous êtes ici.
Humeur : apathiquement plaintive.

PERSONNAGE
Classe: Mage
Statut: //
Inventaire:

MessageSujet: Re: "Le monde est une foire" [PV Karp Diem] Mer 14 Sep 2011 - 15:49



Hum hum.

Un raclement de gorge. Comme on en entend tout les jours à perte d’ouïe.

Puis ce fût la couleur flamboyante des cheveux se rapportant au raclement de gorge qui envahi le champ de vision de Cage.

Puis sa voix. Grave.

« baryton » déclara sans une once d’hésitation la voix de l’artiste dans la tête de Cage.

Est-ce qu’il n’était pas un peu ridicule ? Qui donc ? Le marchand. Ha. Certes.

Cage se permit d’apprécier les facilités déconcertantes, tout au moins en son sens, qu’eût l’homme à étayer sa thèse, et à trouver de sérieux arguments. Il assista de manière générale avec un grand intérêt à l’échange des deux hommes. Le marchand possédait d’ailleurs une voix légèrement plus basse, mais moins rauque qui complétait finalement assez bien celle du nouveau venu, lequel était d’ailleurs plus opportun qu’importun. En moins d’une minute le prix avait été divisé par trois, sans que Cage n’ai réellement pu savoir quand. Mais ceci était sans doute dût au fait qu’il s’intéressât plus à la forme de ces voix qu’à ce qu’elles disaient. Toujours est-il que le baryton était d’une efficacité remarquable, et d’une autorité indiscutable.

"Pardon ? ha oui, bien sûr, je vous en prie vous ne dérangez pas du tout."

Cage n’eut pas réellement le temps de choisir ses mots au moment où « on » s’adressa à lui. C’était à vrai dire, le tirer d’une profonde réflexion engagée sur un quelconque opéra dans lequel le baryton, justement…

Ha ! C’était donc à lui de proposer un prix ?

"Disons 50 pièces" proposa t-il d’un ton qui n’était ni autoritaire, ni même ferme, mais qui disait : regardez comme je suis gentil, vous pourriez n’en tirer qu’une pièce, vous acceptez n’est-ce pas ?

Pourquoi 50 pièces ? Parce que tout en se refusant à marchander pendant de longues minutes la moindre pièce à cause d’un prix trop bas, Cage savait également que la présence du passant lui permettait de baisser encore le prix sans trop d’accrochage. Le prix avait donc été considérablement réduit sans pour autant avoir affaire à de hauts cris de protestations sur le montant proposé.

Oui, Cage était opportuniste, ou alors l’était-il juste assez pour se sortir honorablement de certaines situations lorsque le hasard le lui permettait.

Le camelot, plus contraint que forcé, remis finalement le médiocre cube à Cage à grand renfort de grognement, que ce dernier écoutait d’ailleurs plutôt avec plaisir. Non pas parce qu’il savait le marchand énervé, ce qui en soi ne lui faisait ni chaud ni froid, mais parce que les grommellements de l’homme avaient quelque chose d’harmonieux.

Et voici Cage, inerte visionnaire, qui examine son acquisition avec la délicatesse du joaillier taillant une émeraude.
Du bout de ses longs doigts, il en examinait les différentes surfaces. Sur toutes, de nombreuses aspérités se faisaient sentir, ce qui, loin de lui faire regretter son achat, enchantait Cage bien au delà de toute vraisemblance. Non, il était inutile de chercher des signes manifestes de ce sentiment sur ça personnes. Seul un léger sourire flottait sur ses lèvres, et peut être l’observateur aguerrit aurait-il pu voir le brouillard de ses pupilles se dissiper un peu.

Ha. Peut être ..?

C’est bien, pauvre visionnaire aveugle, peut être faudrait-il en effet remercier cette personne, tu sais ? Celle qui t’as fait économiser BEAUCOUP.

"Ha, je suis désolé, ce n’était pas très poli de ma part. Je vous remercie… Et heuu…"

Voyez-vous, une conversation est comme un feu. Aisée à entretenir, difficile à démarrer. Et Cage n’était pas pour échapper à cette loi.

"Voyons, je peux surement vous offrir quelque chose… Vous avez mangé ? Midi approche n’est-ce pas ?"

Non, Cage ne manquait pas forcément d’imagination, mais Cage allait au plus simple lorsqu’il n’y avait pas lieu de faire plus compliqué.

D'ailleurs, tout dépendait de son vis-à-vis .
Revenir en haut Aller en bas
Karp Diem
Membre
avatar

Membre

Âge : 30
Messages : 33
Pixels : 26505
Avatar : Pip Bernadotte de Hellsing
Hobbies : Manga, dessin, cerf-volant, Dolls Asiatique, et j'en passe...
Localisation : Lille !
Humeur : Testez toujours ? *roule*

PERSONNAGE
Classe: Gunslinger
Statut: //
Inventaire:

MessageSujet: Re: "Le monde est une foire" [PV Karp Diem] Mer 14 Sep 2011 - 20:37

Haha ! Alors il avait loupé une partie de la conversation ? En tout cas, c'est ce qu'il semblait montrer, aux yeux du Game Master, lorsqu'il avait fini par lâcher un « Pardon ? » avant de lui assurer que sa venu ne l'importunait pas. Ha ! Tant mieux ! Bon, alors, maintenant qu'il avait tout déballé sur le tas et donc prouvé par tel et tel chose que le cube la, ne pouvait être une boite surprise, il fallait que ce joueur finisse par se décider. Acheter ? Ou pas acheter ? Lorsqu'il proposa cinquante pièces d'or, Vikenti fut tout de même surpris. Après tout ce qu'il avait entendu -ou pas- il restait sur l'idée de l'acheter ? Et à un bon prix en plus ? Décidément, les gent le surprenaient beaucoup ces temps-ci. Et puis, autant le dire, voir quelqu'un qui montrait de la générosité en cette période lui faisait chaud au coeur. Il y en avait encore qui pensait aux autres après tout.
Enfin, le marchant finit par accepter, grommelant bien évidemment, sous le sourire amusé du rouquin -franchement, râler pour ça hein... Cinquante pièces d'or pour un simple cube... Et bien, il en aurait vu des choses dans ce monde... Dire que la réalité c'était quasiment pareil... Enfin... L'inconnu ce mit donc à observer son nouveau cube, affichant un léger sourire sur son visage. Alors... Content ?... Dans tous les cas, voir quelqu'un qui dépensait des sous pour un objet aussi quelconque attisait énormément sa curiosité. Bon, lui aussi aimait les cubes, mais pas des cubes qui ne servent à rien dans une main. Non non, lui aimait bien en dessiner, pour les inclure dans ses pochettes de CD qu'ils faisaient jadis. Et puis, il aimait bien les carré aussi, ou les effets de pixellisation lorsqu'un album le lui permettait. Enfin, nous n'étions pas la pour dériver sur ce qu'il faisait avant d'attraper ce boulot sur Agora.

Notre Russe pensa qu'il n'avait donc plus rien à faire ici et alors qu'il s'apprêtait à saluer celui-ci, l'inconnu finit par reprendre la parole. Pas très poli ? HAAA Bon sang ! Il l'avait presque oublié le "merci" tiens ! Décidément, passer la journée sans avoir eu son café le rendait moins attentif à tout cela. Mais bon, en même temps, il n'avait pas agi pour recevoir un merci. Mais bon. Il répondit d'abord par un sourire, continuant d'écouter cette personne... Même s'il y avait eu un petit blanc qui laissait penser qu'il n'irait pas plus loin. De quoi ? Lui offrir quelque chose ? Ha mais non ! Non non non ! Ce n'était pas possible ça, mais alors vraiment pas ! Le Game Master laissa son sourire s'estomper un peu, alors qu'il haussait un sourcil. Bon sang... En plus il lui proposait une bouffe ? C'était bien ça ?!... Bon okay, il avait faim... N'ayant quasiment rien avalé depuis qu'il s'était levé ce matin. Mais ce n'était pas une raison ! Il était correctement rémunéré et donc avait fini par se faire une certaine somme dans la poche, vu qu'il n'avait jamais pensé acheter, ni même loué une maison -mais bon, l'auberge sa coute quand même un choya trop- et se contentait du minimum. Nourriture, Munition... Et café. Oui... Surtout un café spécial de la ville d'Ys, en somme. Surement la seule chose capable de l'obliger à prendre un Teleporteur.

- Ha... heu... Non... Enfin si, j'ai faim, je n'ai pas mangé grand-chose depuis ce matin, mais non. Je me vois obligé de refuser votre offre. Pas qu'elle ne m'intéresse pas, mais... Les récompenses, cadeaux et tout ce qui y ressemble ne sont pas ma tasse de thé si vous voyez ce que je veux dire ?

Il fit un nouveau sourire, alors qu'il finissait par ranger son cache oeil dans sa poche de pantalon. Enfin, maintenant il devait très certainement passer pour un extra-terrestre en soit. Combien de personnes finissaient par vous dire qu'ils n'aimaient pas recevoir ? Et puis, lui, ce n'était pas forcément qu'ici qu'il refusait. Il refusait déjà dans le monde réel et n'aimait pas du tout que ses parents, ou sa tendre Milena ne décident de lui offrir un cadeau pour son anniversaire... Son frère était comme lui d'ailleurs. Ha bon sang, Ivan lui manquait énormément... Son sourire vira au mélancolique durant un instant avant qu'il ne finisse par se détourner pour faire quelques pas en direction de cette foule qui ne s'était pas réduite depuis tout à l'heure, avant de tourner légèrement la tête en direction de l'homme au Cube.

- Enfin, si ça vous dit, on peut toujours aller discuter un peu devant quelques bricoles ? Ce n'est jamais drôle de manger seul après tout...

Dit celui qui commençait à collectionner les repas en solitaire... Enfin... Il voulut rajouter « Surtout en ces temps difficiles » mais se retint avec facilité. Inutile de remuer le couteau dans la plaie. Peut-être que lui aussi regrettait le monde réel, ses proches, ses amis, ses activités... Peut-être qu'il faisait partie de ces gens qui s'en fichaient d'aller tabasser des monstres, peut-être qu'ils faisaient partie de ces gent, qui ne voulaient pas monter de niveau, qui voulaient vivre en paix ? Donc, c'était certainement pour cela qu'il vivait à Tara. Enfin... S'il vivait là. Il pouvait très bien n'être que de passage. Comme lui. Ou alors il se trompait complètement et il était un bon joueur qui passait simplement par là et qui ne voulait pas avoir de quelconques problèmes, ou se casser la tête avec une histoire d'argent.
De quoi ? S'il avait pensé un seul instant à se présenter ? Ho ça non. Il aimait bien discuter en restant un pur inconnu. Il n'y avait que dans les situations les plus folkloriques en soit, qu'il finissait par se présenter tel quel, histoire de tenter d'apaiser les choses. Au final, c'était un bien d'être Game master... Ou plutôt d'avoir un rang qui faisait que les NPC vous respectez -ou presque, vu les NPC détraqué- et que certains joueurs se calmaient quand vous arriviez... Enfin... Voilà quoi ._. ...
Revenir en haut Aller en bas
Cage
Membre
avatar

Membre

Messages : 23
Pixels : 26450
Hobbies : Ecrire, lire, philosopher et boire de l'earl grey. Comment ça pas crédible ?
Localisation : • Vous êtes ici.
Humeur : apathiquement plaintive.

PERSONNAGE
Classe: Mage
Statut: //
Inventaire:

MessageSujet: Re: "Le monde est une foire" [PV Karp Diem] Mar 20 Sep 2011 - 15:41

ha. C'était donc une personne qui n'aimait pas recevoir ? Une personne pas du tout intéressée donc. C'était plutôt rare. C'était même original. C’était dommage. Très dommage. Sur le visage de Cage flotta la déception de ne pouvoir parler un peu plus avec cette personne si intéressante.

Il leva les yeux vers ladite personne (qui, du reste, n'était pas excessivement plus grande que lui), se demandant quelle était l'expression faciale du détachement aux valeurs matérielles. Mais le visage qu'il trouva semblait déjà avoir glissé sur un autre terrain, visiblement plus dramatique.
Sans doute les regrets d'être coincé sur ce monde illusoire, plutôt que de vivre une vie normale constituée de matière vivante, comme la plupart des personnes coincées sur Agora le souhaiteraient, songea Cage. Mais qu’est ce qui aurait bien put pousser à une telle réflexion dans l’échange qu’ils venaient d’avoir ?
Ou bien c'était lié à autre chose? Peut être simplement à la faim qui le tenaillait, comme il venait de l'avouer.
Ou encore un simple souvenir qui était remonté à cause de la situation présente?

Décidément, que c'était frustrant, de ne pouvoir répondre à ces questions, de savoir que l'homme dans quelques minutes aurait disparu aspiré par l'impitoyable mouvement humain de la rue principale, de se dire que non, décidément, il n'en saurait pas plus.
Cage observa par en dessous de ses lourdes paupières l'homme amorcer un demi-tour vers la rue principale.

Toujours fort peu contrariant,il n'avait pas bougé, résolument droit, son pauvre cube dans la main droite, et n'avait rien dit, peu disposé à retenir une personne qui n'avait pas l'intention de s'attarder d'avantage en sa compagnie. Laisser les choses se faire et toujours garder ses distances étant une excellente manière de voir toutes sortes de choses intéressantes d’ailleurs. Cage commençait donc déjà à réfléchir sur les conséquences de rencontres aussi fugaces, de ce qu’elles pouvaient laisser ou non dans l’esprit d’une personne et…

Mais c'était visiblement bien vite juger la situation, car tandis qu’une réflexion aussi tordue qu’inutile naissait sous le cuir chevelu du musicien, l’homme proposa une alternative qui ravi Cage, lequel ne s’était finalement pas tant que ça résigné au non-agir.

« Je suis bien d’accord avec vous, et ça me convient parfaitement. » répondit-il en écartant ses mains pour évoquer l’absence de contrariété, puisqu’il parlait autant avec les mains qu’avec ses cordes vocales.
Une question se profila ainsi à l’horizon.
Cage avait l’habitude des restaurants ou des bars, dont il connaissait beaucoup d’adresse pour y passer de nombreuses heures à y regarder les gens vivre et à s’y extasier de tout et de rien. C’était tous des endroits où il aimait aller, d’où il revenait toujours ravi et le regard plus lointain qu’a l’habitude. Mais d’un autre côté, rien n’était plus intéressant que de savoir où pourrait bien aller cet homme, quel genre de lieu il fréquentait, quelles habitudes ils affectionnaient, pour peu qu’il en ait.

C’aurait put être un de ces dilemmes quotidiens qui prennent un malin plaisir à nous faire tourner comme des girouettes. Mais ce genre de situation ne connaissait pas Niels Sørensen, grand pratiquant du laisser aller, qui préféra trouver un consensus entre ces deux tentations.
« Vous avez peut être des préférences ? Personnellement je connais bien quelques endroits, mais je ne suis pas sûr de pouvoir les retrouver. »

C’était peut être un mensonge, ou peut être pas tout à fait. Qu’importe ? De toute façon, peu importe ce qui serait décidé, combien de chance avaient-ils après, de se perdre de vue dans la foule de la rue principale ?
Revenir en haut Aller en bas
Karp Diem
Membre
avatar

Membre

Âge : 30
Messages : 33
Pixels : 26505
Avatar : Pip Bernadotte de Hellsing
Hobbies : Manga, dessin, cerf-volant, Dolls Asiatique, et j'en passe...
Localisation : Lille !
Humeur : Testez toujours ? *roule*

PERSONNAGE
Classe: Gunslinger
Statut: //
Inventaire:

MessageSujet: Re: "Le monde est une foire" [PV Karp Diem] Sam 24 Sep 2011 - 15:59

Il n'y avait pas eu de réponse, pas même une réaction si ce n'était ce regard déçus. Voulait-il véritablement discuter, le connaitre un peu plus ?... Souhait-il avoir d'autre connaissance que la plupart de ces NPC que tout le monde côtoyait pour un oui ou pour un non ? Sans doute. Mais il ne sembla pas mettre ses envies en premier plan, laissant Karp s'éloigner sans aucun problème. C'était peut-être de la, finalement que le Game Master avait fini par s'arrêter. C'était peut-être à cause de cette réaction qu'il n'avait jamais pu voir jusqu'à présent, Qu'il avait fini par avoir l'envie de lui proposer d'aller discuter autour d'une table. Oui... Voila. Ça devait être ça, qui l'avait passé à se retourner avant de disparaitre dans cette masse compacte qu'il redoutait actuellement. Karp proposa donc une alternative, qui sembla ravir son interlocuteur. Et bien, il n'avait donc plus qu'a le suivre jusqu'au PNC que le Gunslinger visait au départ, et ensuite, ils allaient pouvoir choisir leur lieu de restauration. à moins qu'il sache exactement où aller ?

Lorsque l'homme reprit la parole, ce fut justement pour demander s'il avait une préférence, tout en faisant savoir qu'il connaissait quelques adresses, sans pour autant être sûr de pouvoir les retrouver. C'était vrai que Tara était de taille conséquente en soit. C'était vrai que de s'y retrouver était donc un défi que les gent devaient relever tous les jours. Enfin enfin... Réfléchissons donc. Est-ce qu'il connaissait une adresse sympathique à Tara ? Et pas qu'un peu. Il savait exactement où aller pour avoir un café bien corsé en fin de repas, et ceux qu'il fallait éviter puisqu'ils prônaient un monde sans caféine, au grand désarrois de notre très cher Russe. Comment cela pouvait-il être imaginable, ne serais-ce qu'un seul instant hein ?!... Mais bon, ce n'était pas la d'arriver, vu qu'il n'était pas le seul à être un adepte de cette petite boisson chaude.
Vikenti retint difficilement un bâillement, trahissant la fatigue qui le suivait depuis qu'il s'était levé, puis passa une main sur son front pour dégager quelques mèches de cheveux qui avaient eu l'idée saugrenue de venir lui titiller les yeux. C'est que ça fait mal un cheveu dans l'oeil, faut pas croire non plus.

- Et bien... Je connais un petit restaurant Turc dans les parages si cela vous tente. Ou alors nous pouvons profiter du Midi, pour pouvoir avoir la carte du buffet à volonté à la Carpe Koï, un petit restaurant Asiatique qui doit... hm...- Il ferma un instant les yeux essayant de se mémorer le chemin, puis reprit - Il est à trois rues d'ici, vers le Nord.

Et après ça, il ne fallait pas s'étonner si les gent le prenaient pour un habitant de Tara. Mais bon. Il passait tellement de temps par ici pour surveiller comme il le pouvait les allés et venus, qu'il avait fini par connaitre Plutôt bien les lieux. Alors les restaurants et les auberges intéressantes pour lui n'était pas resté très longtemps dans l'ombre. Mais qu'importe. Il devait d'abord passer voir la NPC pour vider son inventaire. Tuer du monstre, n'apportait pas que de l'expérience après tout.

- J'aimerais pouvoir me rendre dans la rue d'à côté, avant... Si ça ne vous dérange pas ?... Ce n'est pas que ce soit pressé, mais la foule c'est pas mon truc.

Une question ? Pas vraiment. Si l'autre voulait vraiment de cette discussion, alors il allait devoir s'y faire... Et le suivre dans la foule jusque dans la rue suivante. Bon, normalement, il n'y avait aucune chance de se perdre, et si c'était le cas, ils pourraient se retrouver assez facilement. La petite rue en cul de sac n'était pas si loin que ça.

- Ça ne devrait pas trainer.

Après tout, cette petite NPC avait l'habitude en un sens de le voir passer à chaque fois...

Karp finit donc par tourner les talons et entra dans la masse compacte qui défilait dans la rue principale. Sa veste par-dessus l'épaule, il parvint à se frayer un chemin et finit par déboucher sur la ruelle qu'il avait visé au départ. Petite, déserte, mais plutôt bien éclairé mine de rien. Le soleil donnait à cette heure-ci, et les quelques magasins qui s'y trouvaient, n'étaient en rien le genre de commerce qui attirait les fripouilles. D'ailleurs, le peu de personne présent étaient tout ce qu'il y avait de plus normal. Enfin... Dans un jeu tel que Agora en tout cas.
Un petit peu plus loin dans la ruelle, se trouvait un petit étalage, où était posé quelques fleurs, et autres petites choses faites pour égayer le quotidien. Mais derrière ce petit étalage plutôt sympathique se trouvait quelques fioles et boite, contenant quelques ingrédients que l'on pouvait revendre à quelques professionnels, ou même classes, lorsque c'était travaillé. Et ça, c'était le travail de cette petite NPC qui semblait attendre immobile qu'un client finisse par pointer le bout de son nez. Il n'y avait donc plus qu'à y aller, faire ses ventes, et ils pouvaient y aller. Enfin... Est-ce qu'il avait réussi à le suivre ? Voulant s'assurer que l'autre était toujours là, il finit par se retourner... C'est que ce n'était pas facile de filer entre toutes ces personnes avec facilité...
Revenir en haut Aller en bas
Cage
Membre
avatar

Membre

Messages : 23
Pixels : 26450
Hobbies : Ecrire, lire, philosopher et boire de l'earl grey. Comment ça pas crédible ?
Localisation : • Vous êtes ici.
Humeur : apathiquement plaintive.

PERSONNAGE
Classe: Mage
Statut: //
Inventaire:

MessageSujet: Re: "Le monde est une foire" [PV Karp Diem] Mar 27 Sep 2011 - 18:58

Cage… regardait l’homme avec un sérieux peut être un peu inutile. Turc ? Asiatique ? Asiatique ? Turc ? Qu’en savait-il ?
La question était : où aurait-il été ? LUI, l’homme qui n’aimait pas recevoir, l’homme qui prévenait des arnaques sans rien demander en retour, l’homme qui…
Bon. Disons que deux choix se présentaient.
D’un côté celui de trouver une réponse assez vague pour forcer l’interlocuteur à prendre une décision, ce qui était tout intérêt, de l’autre celui de considérer que laisser le choix est en soi un choix, et que forcer l’homme à prendre une décision reviendrait à dénaturer ses idées, sa personnalité, et par conséquent, accepter de répondre à sa question et choisir.
Vous avez compris ? Non.

Mon pauvre Cage, tu en as des soucis ! Dire que pendant ce temps là il y en a qui ont la frivole préoccupation de comment survivre dans ce monde. Allons, il y a quand même des questions autrement plus importantes. Pauvre chose. Heureusement que personne ne lit les esprits, parce qu’on se moquerait "pas mal" de toi.

« Autant aller à l’Asiatique si il est plus près, vous avez l’air de fatiguer, ce sera surement mieux pour vous que de parcourir des kilomètres. »

Hé oui, il ne faut pas croire, il est observateur l’animal. Et non, ne vous cachez pas, il vous à vu bailler. Et oui, il avait choisit d’aller dans le sens de l’homme et de donner son avis. Lequel avait été fabriqué dans l’instant pour trouver quelque chose à répondre, puisque tous critères étudiés, turc ou asiatique, absolument aucune préférence.
Ce n’était pourtant pas faute d’avoir étudié (bien que rapidement) la question. Mais en toute honnêteté, Cage n’avait qu’une très vague idée de la cuisine turc, à laquelle il n’associait guère qu’une impressionnante couche d’huile d’olive ; et l’asiatique ne lui inspirait pas grand-chose d’autre que des baguettes. Ce qui n’était pas vraiment répulsif, bien au contraire ; il était toujours curieux de tester de nouvelles choses et de découvrir. Bref.

Passer quelque part avant ? Mais certes, certes, quoi de mieux ? Cage approuva la question d’un signe de tête et d’un œil brillant. Découvrir le quotidien de quelqu’un, c’est quand même quelque chose d’exceptionnel. Peu de personnes laissent les autres pénétrer leur quotidien, et on modifie toujours son comportement lorsque l’on est en société. Non, il n’était pas dit que la personne en face soit totalement naturelle avec lui, mais quand même. Et d’ailleurs que ça traine autant que ça veut, car toute personne plutôt contemplative se doit d’être patiente.... Et Cage... n'est pas trop mauvais à ce sport là.

Cage s’engagea dans la foule juste derrière l’homme. Il n’eu d’ailleurs pas beaucoup de problème à le suive, se chevelure flamboyante étant assez repérable, et cage lui-même assez grand, ajouter à cela la courte distance à parcourir… Il déboucha dans la ruelle seulement quelques secondes après.

« C’est joli » remarqua-t-il, totalement inutilement par ailleurs.

Tandis que l'homme réglait ses affaires avec la NPC, Cage concentra son attention sur le cube récement obtenu. On veut vous faire coire ça ? Non. cage se faisait violence pour ne pas trop écouter la conversation de l'homme. On ne se mêle pas des affaires des autres voyons !
Ouais, mais non, les yeux braqués sur son cube, qu'il n'arrêtait d'ailleurs pas de tourner et retourner entre ses doigts, Cage écoutait. Ou la malsaine curiosité des artistes un peu trop géniaux pour être réfléchis.
Enfin, quand on pense qu'une photographe à suivit un homme jsuqu'a Venise pour le prendre en photo alors que lui n'en savait rien...
Pas le sujet ? décidément...
Revenir en haut Aller en bas
Karp Diem
Membre
avatar

Membre

Âge : 30
Messages : 33
Pixels : 26505
Avatar : Pip Bernadotte de Hellsing
Hobbies : Manga, dessin, cerf-volant, Dolls Asiatique, et j'en passe...
Localisation : Lille !
Humeur : Testez toujours ? *roule*

PERSONNAGE
Classe: Gunslinger
Statut: //
Inventaire:

MessageSujet: Re: "Le monde est une foire" [PV Karp Diem] Mar 11 Oct 2011 - 10:06

- Fatigué ? Moi ? Surement, je me suis levé aux Aurores.

Il avait laissé un sourire amusé se placer sur son visage, alors qu'il finissait par conduire la conversation vers ses petites courses qu'ils devaient faire avant de partir pour le restaurant. Il eu un simple signe de tête en toute réponse, mais ce fut assez pour le Game Master. Ni une, ni deux, ils se mirent donc en route et allèrent traverser ce flot de vie, pour se retrouver dans cette petite ruelle en cul de sac. Et lorsqu'il se retourna pour s'assurer que l'autre était toujours là, il ne put que garder le sourire devant l'affirmation de l'homme. Jolie ? Ho ça oui. Il se contenta donc d'un simple sourire en toute réponse, et finit par s'approcha de la NPC, tout en ouvrant son inventaire... Inventaire bien remplis d'ailleurs, et où trônait actuellement une magnifique AK-47, dans l'attente d'être reposé sur l'épaule de son propriétaire, une fois qu'il aura quitté la ville.

Il discuta un temps avec la NPC, essayant de convenir pour les prix de ces choses qu'il avait pu ramasser en cours de route, tout en tenant compte autant de la rareté, et de l'utilité de la chose. Il vida ainsi sans aucun problème son inventaire, laissant partir tout et n'importe quoi, tout en gardant l'arme Russe, convenablement rangé. Il n'était pas question de la vendre ! Depuis le temps qu'il combattait avec, il n'avait pas l'intention de la laisser ici maintenant. Enfin... Il finit donc par récupérer l'argent qu'elle lui devait, et le rangea sans intérêt particulier, avant de refermer son inventaire. Voila qui était fait ? Voila une chose de fait, et dont il n'aurait plus à ce soucier par la suite. Il se sentait un peu plus... Léger maintenant ?... Boarf... C'était surtout qu'il n'avait plus grand-chose en munition, et qu'il allait devoir s'en racheter avant de quitter la ville. Mais avant... La bouffe était la bienvenue... Et d'ailleurs son estomac le lui rappela avant qu'il ne revienne sur ses pas, empêchant donc d'autre personne de l'entendre.
Il revint donc vers Cage, mais ne s'arrêta qu'une fois arrivé à hauteur de toute cette foule...

- Nous allons donc pouvoir y aller. Hmm... Si je me souviens bien, nous n'avons que ce flot à passer pour arriver de l'autre côté. Après on pourra faire le tour. Et si on le trouve pas, et bien... C'est que je me suis planté. Ce ne sera pas la première fois héhéhé...

Est-ce que ça avait pour objectif de rassurer l'autre ? Pas vraiment. Mais ça n'avait pas non plus le but de le mettre mal à l'aise. Il avait bien été dans ce restaurant à une époque, mais ça remontait déjà à plusieurs mois. Il y en avait eu de l'eau qui avait coulé sous les ponts depuis ! Et bien que le Karp ait une mémoire plutôt bonne, il finissait rapidement à se mélanger les pinceaux avec les itinéraires. à l'exception d'un seul. Celui qui menait vers cette petite boutique de thé, à Ys. Après tout, dans cette boutique, il y avait l'unique personne de tout Agora, qui connaissait en grande partie ses problèmes, ses secrets, ses peurs et ses joies non ? En plus d'être le lieu où l'on servait le meilleur café. Du moins, de son point de vue. Le fait qu'il s'entende bien avec la gérante devait y être pour beaucoup.

Il jeta donc un regard derrière lui, signifiant qu'il était temps d'y aller, et il se mit en route, fourrant ses mains dans ses poches pour traverser cette foule, sans risquer de se faire voler son nécessaire. La traversée ce fit d'ailleurs bien plus rapidement que précédemment, et une fois arrivé dans la rue d'en face, il attendit que l'autre n'arrive pour reprendre la conversation. Après tout, s'ils devaient marcher jusqu'au restaurant ensemble, autant faire la causette non ?

- Vous avez de quoi loger par ici ?

Rare étaient ceux qui vivaient à la belle étoile, l'entreprise ayant tout fait pour que la plupart des gens puissent s'abriter comme ils le souhaitent. Mais il y avait ceux qui préféraient vivre dans les auberges, ou à la belle étoile, comme lui. On lui avait bien proposé une magnifique maison à Ys, mais il avait tout bonnement refuser. à quoi cela servait qu'il ait son chez soit, sans pour autant y être à longueur de temps ? Autant que quelqu'un d'autre en profite à sa place en soit. Ce n'était que Justice après tout, non ?




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Le monde est une foire" [PV Karp Diem]

Revenir en haut Aller en bas

"Le monde est une foire" [PV Karp Diem]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inner Universe :: Avenue marchande-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit